Présentation du CLiSP

Comment fonctionne le CLiSP?

Le CLISP est composé d’un bureau et d’un collège.

Les réunions du CLISP qui réunissent le collège et le bureau ont lieu au moins tous les 3 mois. Les décisions y sont prises à la majorité simple des présents ou représentés. Le bureau est chargé de s’assurer de la bonne marche des projets (voir statuts : cliquez ici ).

Le travail au sein du CLISP se fait à distance :

● Par mail
● Par téléphone / Par Zoom
● Et par des réunions physiques tous les 3 mois à Paris, le CLISP prenant en
charge les transports des internes dans la limite du budget.

 

Le bureau est composé d’au moins 3 membres :
un président, un secrétaire et un trésorier.
A ce bureau minimal, différents postes existent (vice-président, webmaster, chargé de communication, chargé du bulletin, chargé des événements, représentant d’Euronet, chargé de coordination avec les subventions, chargé des partenariats…)

  En savoir plus sur le bureau du CLiSP.

Le collège est composé d’un représentant de chaque ville, nommé par les internes de santé publique local.
Le collège est chargé de définir les actes de travail du CLISP. Les membres du Collège participent aux groupes de travail des différentes activités du CLISP.
Tout membre du CLISP est par ailleurs invité à participer aux groupes de travail de l’association.

  En savoir plus sur le collège du CLiSP

Pour l’ensemble de ces actions, le CLISP dispose actuellement d’environ 8000€ annuels (60% subvention de la DGS, 20% cotisations, 20% subventions du secteur privé (labo, assurances)). Il est à rappeler que l’ensemble des membres du CLISP sont évidemment bénévoles. Seuls les transports des internes de province lors de leur venue à Paris pour une réunion sont pris en charge dans la mesure du budget.

QUE FAIT LE CLISP ?

Les évènements du CLiSP

Le Collège de Liaison des Internes de Santé Publique a été créé en 1987. Son premier objectif a toujours été de regrouper les internes de santé publique de toute la France pour créer du lien entre eux. Cela reste notre premier objectif et depuis quelques années, le nombre d’activités et de rendez-vous n’a cessé d’augmenter :

  • Création du séminaire d’accueil des nouveaux internes (SANI) en 2009 :
    D’une durée de 2 jours, il permet d’accueillir les internes avant leur premier semestre. Des présentations et des cours sont réalisés par des ISP.
  • Le séminaire annuel de formation des internes existe depuis 2005. D’une durée initiale de 2 jours, il est passé à 3 jours en 2009 et devient le Congrès National des Internes de Santé Publique en 2019. Coorganisé avec les collèges d’enseignants, il permet à l’ensemble des internes de se retrouver dans une ville différente chaque année. Un thème est défini et fait l’objet de présentations et de débats avec les spécialistes du sujet (universitaires, politiques, experts…).
  • Enfin le CLiSPro est un séminaire tourné vers la carrière professionnel de médecin de santé publique qui se déroule traditionnellement en début d’été à Paris. Ce séminaire est l’occasion de l’assemblé générale du CLISP. C’est au cours de l’AG que le bureau fait le bilan des actions écoulées et que les membres du CLISP votent pour le nouveau bureau et collège.
    En 2010, un congrès annuel des internes de santé publique a été créé et s’est greffé au séminaire. Il permet aux internes de venir présenter leurs travaux à leurs collègues. Un jury composé d’ISP en fin de cursus choisit le travail le plus méritant qui bénéficie d’un prix. C’est l’occasion de découvrir l’intérêt de ce que nous faisons dans nos différents postes.
  • Pour réunir toujours plus les internes, un réseau européen d’internes de santé publique (euronet MRPH) a été créé. Les membres fondateurs en sont la France avec le CLISP, l’Italie avec la Consulta degli specializzandi SIti et l’Espagne avec l’ARES. Les objectifs de ce réseau sont de permettre aux internes européens de se rencontrer, de favoriser et faciliter les stages d’internes dans les différents pays membres, de réaliser des projets en commun.
Représenter les Internes

Parallèlement à l’organisation de ces manifestations qui permettent aux internes d’échanger, d’apprendre, de nouer des liens, de partager, le CLISP s’implique activement dans la défense de notre DES avec des défis majeurs ces dernières années.

Le CLISP est l’interlocuteur de nos collèges d’enseignants et des sections du collège national des universités. Dans ce cadre il s’engage dans l’amélioration de notre DES.
Implication et discussion avec les collèges d’enseignants et les sections concernées du collège national des universités pour l’amélioration de la maquette et de la formation au cours du DES depuis 2008 (avec entre autres une étude de satisfaction menée en 2009, une étude sur l’offre de masters disponibles pour les internes de santé publique, une étude sur les postes de AHU pour les ISP).
– Le CLISP défend les intérêts des internes lorsque leurs formations est
menacée
: exemple en 2008 avec la diminution des postes de SP à l’ENC (cliquez ici ), en 2009 lorsqu’un amendement à la loi HPST menace la spécificité du médecinspécialiste de santé publique (ici et ici ), ou dans le cadre de la réforme actuelle du 3 e cycle médical (cliquez ici).
– Il est force de proposition et défend les intérêts du DES de santé publique dans le cadre de la réforme actuelle du 3e cycle des études médicales.
– Nous sommes également constamment à l’écoute des villes nécessitant un appui ou un conseil lors de soucis avec les tutelles locales (coordonnateur, CME, ARS…), et également avec les internes et externes se posant des questions ou éprouvant des difficultés sur la formation, les débouchés, les procédures pour des choix de stages ou autre.
Le CLISP est également le relais pour informer les internes sur la spécialité à travers le site internet du CLISP ( http://www.clisp.fr/ ). Ainsi des offres d’emplois, de bourses, de formations, de colloques sont diffusées. Le CLISP négocie également des tarifs préférentiels pour certain congrès ou écoles d’été pour les internes.

Les projets du CLiSP

La perpétuation des actions menées et entre autres de l’ensemble des séminaires actuellement en place est un objectif prioritaire pour chaque bureau.

A ceci s’ajoutent des projets qu’il est urgent pour certains de mettre en place ou de perpétuer, parmi eux :

  • Continuer le dialogue avec les collèges d’enseignants et les sections de santé publique du collège national des universités
  • Mettre en œuvre le nouveau site internet du CLISP et le transformer en plate-forme active de travail et d’information pour les internes. Ce nouveau site a été conçu en 2018. Il s’agit désormais d’y déposer suffisamment de ressources pour qu’il devienne attractif et utile aux internes dans leur activité quotidienne (support de cours, mémoires et thèses des internes, offres d’emploi, offres de formation, logiciels libres…).
  • Renforcer les liens entre internes et anciens internes de santé publique. Avec, entre autres, l’organisation d’un moment de rencontre convivial entre les internes et l’ensemble des anciens internes de santé publique.
  • Informer les externes sur la spécialité, le DES et les débouchés. Par l’intermédiaire d’une veille sur les forums, de contenus spécifiques sur le site et la création de guides papier.
  • Rechercher des partenaires financiers pour nous soutenir dans la réalisation de ces projets.
  • Automatiser la mise à jour des informations administratives de l’association : annuaire, comptabilité…
  • Renforcer les liens avec les associations européennes de santé publique au sein de l’EuronetMRPH. Participer aux projets du réseau européen d’internes.
Les groupes de travail du CLiSP

Le Clisp peut travailler sur des projets spécifiques en fonction des actualités et des besoins de la spécialité. Si vous avez des idées, n’hésitez pas à proposer au collège du CLiSP

  • GT attractivité de la spécialité
    Au choix des ECN, les postes de Santé Publique semblent avoir été moins pourvus et les classements pour pouvoir prétendre à la spécialité descendent « plus loin » qu’habituellement.
    Devant une possible crise des vocations, le GT attractivité de la spécialité essaie de recenser les différents moyens utilisés pour faire connaître la spécialité aux étudiants en médecine de 1er et 2nd cycle et de voir comment faire pour les améliorer.
  • GT Service sanitaire
    Le GT service sanitaire s’est constitué en 2018-2019 pour réaliser une enquête sur la mise en place du Service sanitaire et la place des acteurs de santé publique.
    Les prochains projets sont:
    • mettre à disposition des internes une base de ressources documentaires sur le service sanitaire;
    • faire une enquête individuelle auprès des isp (connaître l’apport du SeSa dans leur formation, connaître leur besoins…)
  • GT ressources
    L’objectif de ce GT est de développer une culture médicale en santé publique
    Le travail de ce GT s’articulera en deux temps :
    • mise à jour de la page ressources du site internet du Clisp
    • production d’un contenu permettant le développement d’une culture médicale en
      santé publique.

 

QUEL INTÉRÊT PERSONNEL À PARTICIPER AU CLiSP ?

 

L’engagement au CLISP implique un investissement bénévole qui peut-être plus ou moins lourd en fonction des travaux menés. Il permet dans tous les cas de connaître plus en profondeur le secteur de la santé publique, de connaître d’autres acteurs de santé publique : les autres internes bien sûr, mais également les universitaires et les autres professionnels. Les actions de gestion de l’activité et les différents travaux permettent également d’acquérir des compétences et connaissances et de mettre en œuvre ses capacités.

En plus de l’enrichissement personnel, cet engagement est essentiel à la valorisation de notre spécialité et de notre DES. En valorisant la spécialité et le DES, on valorise par la même notre formation et nos spécificités. Enfin, en créant du lien entre les internes et avec les anciens internes, on crée le réseau qui nous permettra d’être reconnus et d’accéder aux postes les plus intéressants.

A la différence des spécialités cliniques, notre spécialité est relativement neuve en France. En tant qu’internes, nous devons être acteurs et défenseurs de notre formation, qui reste fragile, car encore trop méconnut. Elle est pleine de ressources et de potentiels, l’exemple de l’Angleterre où sa légitimité et son importance sont indiscutées et où il s’agit de la première spécialité choisie à l’internat en est une preuve s’il en faut.